La Passe Miroir, Les Fiancés de l’Hiver – Une union mystérieuse 💒

Auteur : Christelle Dabos

Date de parution : 2013

Nombre de pages : 518

Note : ⭐⭐⭐⭐⭐

De la fantasy, vous en voulez ? En voilà !

Comme moi, les romans imaginaires sont votre péché mignon ? C’est à totale certitude que le roman de Christelle Dabos va vous charmer. Tout comme Ophélie, vous n’allez plus avoir envie de quitter votre cocon et votre volonté d’ouvrir les prochains Tomes va vous prendre de court ! 💨

Ça raconte quoi, dis nous tout ! 🗒

Ok ! Ophélie, petite femme cachée derrière une écharpe, pleine de timidité à la voix très peu portante. Ophélie, petite femme cachée derrière une paire de lunettes, destinée à garder un musée. Elle vit sur la petite arche d’Anima, avec sa famille. C’est elle, qui détient un don particulier, celui de lire le passé des objets qui lui passe entre les mains et surtout, de passer à travers les miroirs. 🧙🏼‍♀️ Mais c’est elle aussi, qui se voit obligée d’être fiancée à l’immense et sequin Thorn, qui lui, demeure sur la Citacielle ; ville flottante dans les airs du Pôle. Alors qu’elle se voit devoir rejoindre ce Thorn au détriment de sa vie avec sa famille, Ophélie va devoir jouer de ses talents au travers d’une « guerre » des clans mortelle. 🪒

L’amour à l’état sauvage 🐾

Que pensez-vous du titre ? Pour ma part, il m’avait laissé penser à un roman à l’eau de rose avec une histoire d’amour à La Belle au Bois Dormant, où ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants, et bla bla bla. Mais en fait… NON, nous sommes bien loin de tout ça ! – Bim, Adeline, dans ta face ! – Nous sommes également bien loin des guerres de clans violentes, pleines de créatures féroces ou d’armées sanguinaires ! 💒

Tout est récité dans la douceur et la courtoisie avec tellement d’imaginaire. Quoique, pas si imaginaire que ça concernant les dons d’Ophélie ! Parce que, attendez, si nous aussi mettons notre pointe d’imagination, on peut vite venir à se dire que son don pour la lecture du passé des objets serait similaire à la spiritualité. Et puis, son don de traverser les miroirs pourrait être apparenté à une manière de communiquer, un peu comme le téléphone ou les appels vidéos, ou encore, une façon de se déplacer, à la Mymy Mathy ! 🎆

Douceur féminine 🎀

Le Tome 1 de La Passe Miroir, c’est un roman fantasy, doux, généralement destinée aux femmes (on ne va pas se mentir 😜) ! J’ai du mal à imaginer un garçon réussir à se plonger dans ce genre de roman, mais pourquoi pas ! Tout comme le rose n’est pas uniquement étiqueté filles, ni le bleu uniquement étiqueté garçons ! Je suis quelqu’un ouvert d’esprit ! Gente masculine, lire à vous ! 😃

Si j’ai du mal à imaginer un garçon lire ce livre, c’est uniquement parce qu’il lui manquera peut-être un peu de « grosses gue-guerres », vous voyez ? 🛡Parce que le roman de Christelle Dabos n’a rien à voir avec les récits brutaux où tout le monde se plante une épée dans l’abdomen à la Game Of Thrones ! Ce n’est pas un roman où on aura d’un côté les méchants, d’un autre les gentils. Ni de « plus forts », ou de « meilleurs ». On se retrouve plutôt « le cul entre deux chaises », vulgairement parlant, à la place d’Ophélie, qui ne sait où donner de la tête ni à qui laisser sa confiance. D’ailleurs, faut-il qu’elle prenne le risque de la donner à quelqu’un sur la Citacielle ? 💭

Méfiez-vous des apparences 🎭

C’est là que l’on se rend compte de la raison pour laquelle il n’y a pas de méchants proprement décrits comme tels ! Les  » bad-characters « , ce sont les personnages eux-mêmes, mais, pas physiquement ; Intérieurement ! Voilà pourquoi l’auteure n’a vraiment pas eu recourt à l’ajout d’animaux féroces, qui, qui plus est, auraient été de trop. La férocité ressort des personnages au fur et à mesure des chapitres et leurs apparences apparaissent trompeuses. 🧐

Avec tout ça, on retrouve Ophélie et une prise de conscience pour qui l’expression « Ne jamais se fier aux apparences. », prend tout son sens et se trouve deux fois plus valable pour elle que pour les autres personnages. Elle nous offre, à nous mais à elle, aussi, une révélation personnelle. Personne ne pouvait espérer autant d’elle, et pourtant ! 🦂

Sans trop vous en dire, Ophélie, derrière son écharpe et ses grosses lunettes, est finalement pleine de malice, de courage et de mystère. Traits de sa personnalité qui finira par très bien lui servir afin de découvrir les dessous de ce mariage imposé !

La Citacielle et Anima. L’auteure nous expose également deux mondes pour le prix d’un, éloignés mais pourtant si proches.

Pas un mot plus haut que l’autre 👑

Bien que ce soit un roman jeunesse, j’ai clairement ressentie de la part de l’auteure la volonté de montrer la femme telle qu’elle est vraiment. Ophélie est une jeune fille non superficielle, pour qui il est assez facile de se prendre d’affection. Christelle Dabos a en effet prit soin de la caractériser dans le total opposé de ce à quoi nous nous attendons d’une femme à destination de la mondanité. Pas de maquillage, pas vraiment de prestance, pas de mots trop hauts et encore moins de corsages à tout va. Elle reflète la femme classique, sans superflu. 💁🏼‍♀️

En lisant la biographie de l’auteure, j’ai pu conclure quelques similitudes entre elle et le personnage principal de son roman. L’auteur rêve d’être bibliothécaire, Ophélie tient un musée. L’auteur semble être une femme sans prise de tête, Ophélie n’émane rien de plus compliqué. L’auteur a enjambée les obstacles de la maladie, Ophélie, quant à elle, doit se battre dans son nouveau monde. J’ai eu l’impression que Christelle Dabos rendait compte de sa vie en grosse caricature ! 🎢

Thorn, pour lequel on s’attend à être un véritable  » matcho  » des temps mondains. Aussi froid que la pierre et aussi dur que son prénom, n’est finalement qu’un leurre, et j’ai fini par avoir une certaine sympathie pour lui ainsi qu’un peu d’empathie.

Une entrée sur les chapeaux de roues 💨

Avec son style romancier, notre talentueuse écrivaine Belge m’a faite entrer dans son univers fantasque dès les premières pages de son récit. Vous imaginez bien que plonger au cœur du monde d’Anima ne demande pas d’efforts. Je me suis facilement faite prendre au jeu du « Le lecteur doit se sentir comme s’il était dans le livre ». Pari réussi pour Christelle qui m’en a mit plein les yeux à travers ses miroirs ! 👀

Mes citations favorites ❣

« Ophélie était ainsi. Dans des situations où n’importe quelle jeune fille aurait pleuré, gémi, hurlé, supplié, elle se contentait en général d’observer en silence. Ses cousins et cousines se plaisaient à dire qu’elle était un peu simplette. »

« Ophélie n’éprouvait aucune inclination pour les garçons de son âge, mais elle pouvait passer des heures en tête à tête avec un baromètre de l’ancien monde. »

« Ce qui rend les uns plus forts affaiblit la position des autres. »

« Je ne suis pas un grand bavard, dit-il enfin. J’ai toujours pensé que parler était une perte de temps, mais j’espère que vous l’aurez remarqué, j’essaie d’aller contre ma nature. »

« Ophélie tomba, avec un petit choc, sur son propre reflet dans une grande glace murale. Un visage lunaire perché sur un corps plat comme la main. »

« Dès qu’il s’agissait de sauver un livre de la destruction du temps, elle répondait à l’appel. »

« Ophélie préférait les dès. Les dès étaient aléatoires, pleins de surprises, ils n’étaient pas immanquablement décevants comme les êtres humains. »


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s